Azenda.re

 Design Insulaire

À NE PAS LOUPER

14/06 : Vernissage de l’exposition Design Insulaire de Migline Paroumanou & Johanna Grégoire

La Friche accueille l’exposition Design Insulaire du mardi au samedi, jusqu’au 26 Juillet, au sein des espaces d’expositions D1 et D3.

  • Dj Set Agnesca dès 19h
  • A boire et à manger avec La Friche café

𝑃𝑟𝑒́𝑠𝑒𝑛𝑡𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑒 𝑙’𝑒𝑥𝑝𝑜𝑠𝑖𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑝𝑎𝑟 𝐵𝑒́𝑟𝑒́𝑛𝑖𝑐𝑒 𝑆𝑎𝑙𝑖𝑜𝑢 :

D1 | 𝑴𝒊𝒈𝒍𝒊𝒏𝒆 𝑷𝒂𝒓𝒐𝒖𝒎𝒂𝒏𝒐𝒖

“Migline Paroumanou prélève de menus fragments de l’île où ses ancêtres l’ont menée, qu’elle transpose en céramique dans un geste de fixation soulignant simultanément la fragilité du vivant et l’impermanence de notre condition. Feuilles de bananiers, baba figues, noix de coco et caramboles deviennent les phonèmes d’un langage plastique qui se décline en pièces de vaisselle ou sculptures, jouant ainsi avec les places et usages supposés des éléments constitutifs de l’environnement réunionnais, comme du monde de l’art. Le contenu se fait contenant, l’extérieur migre vers l’intérieur, les cultures s’entremêlent, le sacré se banalise et inversement. La feuille de bananier sur laquelle mangent les fidèles dans les temples hindous devient ainsi plat ou assiette, tandis que le coco, que l’on casse dans la religion hindouiste pour briser l’ego, se transforme alternativement en ramequin ou sculpture. Cette volonté assumée de transcender les catégories est l’ADN même de l’œuvre de celle qui se considère comme une artiste-artisane-designer[…]”

D3 | 𝑱𝒐𝒉𝒂𝒏𝒏𝒂 𝑮𝒓𝒆́𝒈𝒐𝒊𝒓𝒆

“À La Réunion comme aux Antilles d’où est originaire Johanna Grégoire, la canne à sucre façonne le paysage et imprègne les esprits […]. Depuis trois ans, Johanna Grégoire interroge les imaginaires de ce patrimoine à la fois aimé et controversé par un vaste projet de design revisitant ses matières, formes et couleurs. Bagasse réalisé en collaboration avec le souffleur de verre Michael Hingant, est une série de verres à rhum posés sur des socles en fibres de canne agglomérées (d’où ils tirent leur nom) et qui révèlent dans la transparence de leur base, les paysages escarpés des cirques de La Réunion […].« Économie, travail, sociabilité, structuration sociale, construction identitaire, la culture de la canne embrasse tous ces champs. Mais qu’en est-il aujourd’hui ? Et qu’en sera-t-il demain ? » Avec ses expérimentations basées sur la transformation de la canne à sucre et la valorisation de pratiques séculaires, Johanna Grégoire propose des pistes d’innovations artistiques et sociales, en prise avec la réalité du territoire réunionnais, son histoire, ses mémoires et ses défis actuels.”

T'AS VU ÇA AUSSI ?

Veuillez vous connecter