Azenda.re

Gael Rakotondrabe Trio

Surdoué, ce jeune pianiste réunionnais s’apprête à conquérir la planète jazz avec un premier disque subtil où les Beatles croisent les fantômes de Chet Baker et de Romy Schneider. A découvrir !

Marmay la kour deviendra grand ! Petit-neveu du batifoleur René Lacaille, formé au conservatoire de La Réunion, vainqueur en 2008 du concours de piano du Montreux Jazz Festival, puis collaborateur privilégié d’Hugh Coltman ou Ayo, Gael Rakotondrabe s’impose aujourd’hui comme l’un des pianistes les plus talentueux de sa génération. La sortie cette année de Shadows, son premier disque, devrait achever d’accrocher son nom en haut de l’affiche. Avec une grâce rare, Gael insuffle une sensibilité bouleversante aux neuf plages délicates qui composent cet album impeccable de classicisme. 


C’est d’autant plus remarquable qu’il s’y attaque à des sommets. And I Love Heret Because des Beatles, les archi-standards My Funny Valentine et In a Sentimental Mood et même La Chanson d’Hélène de Dabadie : des sons mythiques que Rakotondrabe s’approprie avec le talent des très grands interprètes, sans une pointe d’esbrouffe, mais avec une clarté émotionnelle parfaite et un sens subtil du décalage. On y découvre aussi une composition originale, Shadow, qui révèle toutes les promesses d’un jeune auteur déjà maître de la respiration et de la concision. 


Il est accompagné sur scène de deux grands musiciens : le bassiste et contrebassiste Laurent Vernerey, qui a posé sa patte en studio ou sur scène sur quelques monuments, notamment le Bouge de là de MC Solaar, et le batteur gascon Raphael Chassin.

  • Gael Rakotondrabe Piano
  • Laurent Vernerey Contrebasse
  • Raphael Chassin Batterie

T'AS VU ÇA AUSSI ?

Veuillez vous connecter