Azenda.re

Tromelin, l’île des esclaves oubliés

L’expo

Parti de Bayonne le 17 novembre 1760, l’Utile, un navire de la Compagnie française des
Indes orientales, s’échoue le 31 juillet 1761 sur l’île de Sable (aujourd’hui île Tromelin),
un îlot désert de 1 km² au large de Madagascar. Il transporte 160 esclaves malgaches
achetés en fraude, destinés à être vendus à l’île de France (l’Île Maurice actuelle).
L’équipage regagne Madagascar sur une embarcation de fortune, laissant 80 esclaves
sur l’île, avec la promesse de venir bientôt les rechercher. Ce n’est que quinze ans plus
tard, le 29 novembre 1776, que la Dauphine, placée sous le commandement de Tromelin
approche l’île. Les esclaves survivants, sept femmes et un enfant de huit mois, sont
sauvés.

À travers le naufrage et la survie des rescapés de l’Utile, c’est un pan de l’histoire maritime
et la question de la traite et de l’esclavage dans l’océan Indien qui sont abordés.
Cette exposition est l’occasion de présenter les résultats des travaux conjoints, terrestres
et sous-marins, du Groupe de recherche en archéologie navale (Gran) et de l’Institut
national de recherches archéologiques préventives (Inrap) sur l’île. En effet, l’étude de
ce naufrage et de la vie des rescapés a fait l’objet d’une recherche pluridisciplinaire, afin
d’élucider les circonstances du drame et de documenter au mieux les conditions de vie
des survivants.

Les commissaires

 Max Guérout

Après une carrière d’officier de marine, Max Guérout
entame dès le début des années 1980, une activité
scientifique qui l’amène à diriger de nombreux
chantiers de fouilles sous-marines dans diverses
régions du monde. C’est dans le cadre de ces missions
archéologiques qu’à quatre reprises, en 2006, 2008, 2010
et 2013, il organise les fouilles sur l’île Tromelin (océan
Indien) dans le but d’élucider et de comprendre les
conditions de survie des esclaves naufragés. Il a contribué à
la fondation en 1982 du Groupe de recherche en archéologie
navale (Gran), dont la vocation est l’archéologie sousmarine,
l’histoire maritime et le patrimoine culturel
maritime.

 Thomas Romon

Archéologue en Guadeloupe depuis 1996, Thomas
Romon intègre l’Institut national de recherches
archéologiques préventives (Inrap) en 2004 comme
responsable d’opération. Spécialisé en archéologie
funéraire, il est rattaché au Laboratoire
d’Anthropologie des populations du passé et du présent
de l’Université de bordeaux I (UMR 5199 – PACEA). Il dirige
des opérations d’archéologie préventive (diagnostics et
fouilles) aux Antilles et à La Réunion. Il participe aux 4
missions sur l’île Tromelin où il encadre, avec Max Guérout,
les fouilles terrestres.

Infos Pratiques

Horaires d’ouverture
Du lundi au vendredi de 07h30 à 19h00
Le samedi 08H00 à 12H00

Visites scolaires sur réservation
Des visites scolaires (collèges et lycées) peuvent être organisées sur réservation du lundi au vendredi de 08h00 à 16h00 entre le 4 novembre et le 13 décembre 2019.
Chaque session dure environ 1h00 et les groupes scolaires seront accueillis par l’équipe de médiation
culturelle de la Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.

Contact et réservation
Toute demande de visite scolaire doit être effectuée par courriel à l’adresse suivante : emeline.dandeu@univ-reunion.fr

Contacts
Bibliothèque universitaire Droit-Lettres
15, avenue René Cassin
97400 Saint-Denis
Tél : 02 62 93 83 83
www.univ-reunion.fr


 Crédits pour Exposition-Tromelin-60cm : Illustration © S. Savoia Collection Aire Libre. Dupuis Crédit photo © J.F Rebeyrotte ;
 Crédits pour Fouilles1 : © Gran/Jean-François Rebeyrotte
 Crédits Tromelin Aujourdhui :© TAAF/Benoit Gysembergh TAAF

T'AS VU ÇA AUSSI ?

Veuillez vous connecter